« Un glissement de doigt, c’est a ca que j’dois la rencontre avec ma copine. »

  • Post author:
  • Post comments:0 Comments

« Un glissement de doigt, c’est a ca que j’dois la rencontre avec ma copine. »

J’ai toute premiere fois que Fabien, 19 ans, a decouvert une petite amie, c’etait en photo via le Smartphone. Une jeune fille parmi les dizaines qui defilent sur le ecran. Chaque fois, deux possibilites : le c?ur ou la croix. Tu fais glisser la photo par la droite, tu la likes. Vers la gauche, tu la jettes.

Cruel mais terriblement efficace. Cela evoque, la personne jetee ne le saura pas. « C’est cela est cool sur cette appli, tu te prends des gros vents sans le savoir », commente Fabien. Une sorte de realite adoucie. L’individu que tu likes ne le sait jamais non plus. Tant qu’elle ne t’a nullement like en retour. Notre reciprocite des likes, c’est la regle de base. Je te like, tu me likes et la, c’est le match. Tu peux enfin chatter avec le joli minois qui te faisait de l’?il dans ton portable.

Ca recommence, tu as le vocabulaire ? Tu peux filer t’inscrire via Tinder. L’application de drague fait un tabac depuis le lancement en 2012. Elle a d’abord conquis les campus americains avant de debarquer en France. Le terrain de chasse du Tinder man, c’est d’abord son contexte proche. Rencontrer les mecs qui habitent a cote de chez soi. Tiens c’est grand, on n’y avait jamais pense ! Un miracle permis via une merveilleuse invention : la geolocalisation.

La recette a bien fonctionne pour Fabien. A l’aise au sein d’ ses baskets mais timide avec les filles, le petit https://besthookupwebsites.org/fr/rencontres-video/ eli?ve ne se sentait aucune draguer dans un magasin. Tinder, c’etait un moyen de se donner de l’assurance : « Avec Sarah, on est ensemble depuis dix mois et ca se marche tres bien. Notre premier rendez-vous etait parfait. On savait qu’on se plaisait mutuellement, ca enleve deja votre poids. » Fabien et Sarah se paraissent rendu compte apres coup qu’ils prenaient le meme train Afin de rentrer chez leurs parents le vendredi jour. « au milieu des bagages, ca aurait ete nombre moins sexy. Tinder, c’est franchement un petit coup de pouce au destin. » Et c’est bien dans votre coup de pouce que reside le succes de l’application.

Happn, le nouveau rival francais a pousse le concept i  nouveau plus loin. Il y a votre beau mec que tu n’arretes aucun croiser a la piscine, au bus ou au supermarche. Manque de chance, a chaque fois, il disparait pile i  l’instant ou tu t’appretais a l’aborder. Pas de panique, s’il est dans Happn, tu le retrouveras. Une carte t’indique meme la totalite des endroits ou tu l’as croise, quel jour et a quelle heure. « Comment se rencontre-t-on dans la vraie vie ? interroge Marie Cosnard, responsable communication Afin de Happn. En se croisant. On a donc voulu reinserer en realite dans le monde virtuel. »

Dis moi ou tu vis, je te dirai qui tu aimes

Vraie life versus virtuel ? C’est le duel qui se a entre les nouvelles applications de dating et les sites de rencontres a l’ancienne. Pour rester dans la course, meme Meetic a du s’y mettre. Depuis 2012, le leader du marche organise des evenements : aperos, ateliers cuisine, etc. « Nous proposons un lieu et une soiree qui correspondent a des classes d’age et a des complexes d’interet, explique Laurence Le Gouic-Parot, responsable de presse. La zone est reellement important. Si on reside au 16 e arrondissement de Paris, on ne va nullement se rendre a un apero organise au 20 e , a l’autre bout d’la capitale. » Tiens, gi?re, un air de deja vu. On va pouvoir aimer les gars blonds, des petits bruns ou les filles qui font en natation, l’important, apres tout, c’est qu’ils habitent pres de chez nous. Le maitre-mot : la proximite.

Avoir besoin du virtuel pour se parler. Etrange, si on y pense. Les 18-24 annees seront en tout cas Sans compter que en plus nombreux a choisir les sites de rencontres ou des applis. En 2012, 35 % des moins de 25 annees avaient deja tente l’experience. Notre curiosite est Afin de Catherine Lejealle (voir le clip ci-dessous), sociologue, auteure de J’arrete d’etre hyperconnecte ! : 21 journees pour reussir sa propre detoxification (Eyrolles), l’une des explications de cet engouement : « C’est un phenomene de mode. Ca ne coute pas grand chose. Les jeunes ont envie de voir a quoi ces applis ressemblent. » Florian, photographe de 22 annees, un brin timide avec les filles, n’avait pas ete concernant des e-boutiques avant. Il a saute le nullement l’annee derniere lorsqu’un chagrin d’amour lui a brise le c?ur. Argument decisif Afin de lui, la gratuite : « Je refuse de payer pour approcher quelqu’un. » Les sites plus classiques seront souvent payants pour nos hommes. Il faut bien laisser votre avantage aux dames. D’autant que la concurrence entre les sites est acharnee. Le nerf de la guerre : le nombre de meufs inscrites. Tout ca Afin de appater le chaland. Comme en boite.

Jeu, sexe et match

L’ideal d’egalite dans la drague plait aux jeunes. Le caractere chasse des e-boutiques a l’ancienne, ou le mec doit harceler les filles pour obtenir une reponse, tres peu pour eux. « Sur Tinder, t’as pas l’impression d’etre en chien tel i  propos des autres sites. Tu rencontres des personnes “naturellement”, resume Robin, 28 ans, utilisateur de la toute premiere heure. » Euh… J’ai nature fera bien les choses mais quand aussi ! Ce fameux mythe une rencontre nature. Laura, 23 ans a aussi mordu a l’hamecon. « Il existe du hasard sur Tinder, un tantinet comme dans la vraie vie. Je ne serais pas tombee via Romain autrement », explique-t-elle. J’ai nouvelle generation souhaite donc manger bio et approcher bio. Personne ne reve de trouver sa moitie par ecran interpose. L’epoque reste en mal d’authenticite, ainsi, ca, les applications de dating l’ont compris. Leur strategie marketing est beaucoup huilee. Passer via le virtuel Afin de arriver au vrai : le paradoxe ne choque plus personne. Enfin, l’important c’est que ce soit rapide et efficace. Surtout Afin de nos chasseurs. Non, cette espece n’est pas encore tout a fait en voie de disparition. Matthieu, etudiant de 24 ans, n’a aucun en gali?re a faire des rencontres. Et a conclure sous la couette. Jeu, sexe et match. On pourrait aussi penser qu’il chope plus vite que le ombre. Tinder et Happn, pour lui, ce n’est jamais une necessite mais un outil supplementaire pour completer le tableau de chasse. « Rapide et instantane. C’est la traduction moderne des e-boutiques de rencontres. On fait defiler nos meufs. C’est vraiment tres divertissant. »

Leave a Reply